L’Odyssée de Mélissandre

L’Odyssée de Mélissandre est le troisième roman de Marie. Un livre qui ne peut laisser indifférent le lecteur qui s’attache aux pas de l’héroïne. Tout à la fois ancré dans la région nîmoise et universel par sa portée philosophique, ce livre interrogera tout un chacun sur le sens qu’il accorde aux fondamentaux : la naissance, la vie et la mort. Et nous, quels choix ferions-nous, s’il nous était possible de bouleverser l’ordre naturel de la vie ? … Mélissandre, jeune fille à la beauté méditerranéenne, mène une existence « banale » dans la ville de Nîmes à laquelle elle est profondément attachée, jusqu’à ce qu’un événement impensable vienne totale-ment bouleverser sa vie, ses rêves et tout ce même en quoi elle croyait : elle est l’Élue ! Mais a-t-elle bien pesé ce qu’il en coûte d’être l’Élue ? Est-elle réellement en mesure de mener à son terme la mission qui lui a été confiée ? Et connait-elle vraiment le sens de celle-ci ?

17€ – Participation de 3€ aux frais de port

4 commentaires


  1. Bonjour madame

    Je vous ai acheté, le 23 avril “L’Odyssée de Mélissandre”.
    J’ai lu votre livre comme vous me l’aviez conseillé en me laissant porter par l’histoire qui est fantastique et qui, sans trop se poser de questions, vous mène dans une épopée très originale.
    J’ai bouclé le livre en deux après midi. A aucun moment je ne me suis ennuyée et contrairement à d’autres lectures sur lesquelles je passe souvent sur trop de prose inutile, j’ai lu tous les mots de chaque chapitre car tous sont importants.
    Le fait que l’histoire se passe à Nîmes a bien sûr influencé mon achat, car très attachée à ma ville natale, les références aux romains comme aux Volques Arécomiques étaient, pour moi, un plus pour cette histoire.
    Votre livre amène, à la fin, à la réflexion du choix qui n’est pas toujours le bon malgré nos convictions.
    Merci pour ce livre.
    Je vais le faire lire à mes amies.
    Bonne continuation dans vos écrits.
    Vous méritez votre place au festival de la Bibliographie de Nîmes.
    Amicalement,
    Claudine

    Répondre

  2. Bonjour,
    Je suis la fille de Denis Maillé et je vous félicite vivement pour votre livre que mon père m’a passé et que je viens d’achever de lire.
    C’est un livre intemporel, fluide, surprenant d’imagination.
    Il fait « passer » beaucoup d’éléments fondamentaux que la vie quotidienne nous fait oublier.
    Félicitations, j’ai eu un grand plaisir à m’en délecter.
    Danielle Maillé

    Répondre

  3. J’ai terminé l’odyssée de Mélissandre. J’ai adoré le fantastique et l’imaginaire dans l’histoire. Beaucoup de questionnements sur le sens de la vie et de la mort, de plus très belle histoire avec des rebondissements jusqu’à la fin. Je verrai bien une suite sur les différents personnages ou un roman parallèle sur Mélyssandre avec son ressenti et sa vie ou ses vies.
    Emilie Gorzynski

    Répondre

  4. Bonjour,

    J’ai acheté L’Odyssée de Mélissandre lors du Salon du Livre des Martres-de-Veyre dont je faisais partie de l’organisation.. Lorsque je vous ai fait part de ma curiosité, vous m’avez expliqué que, contre toute idée préconçue, l’écrin fuchsia et la femme tracée au fusain de la couverture de votre roman avaient intrigué les garçons avant les filles.
    C’est un court échange qui m’a beaucoup plu, car j’y ai décelé comme une connivence entre vous, votre oeuvre et ma sensibilité, qui s’est rapidement confirmée les premières pages tournées. Il y a cet univers qui peut « plaire aux garçons » un peu « geek » quand il est décliné à la façon d’une saga qui explore le moindre recoin du décor et tente d’expliciter tous les confins d’une mythologie.
    Ce n’est pas votre approche et je vous suis reconnaissant d’exalter avec pudeur le caractère intimiste des destins que vous avez choisi d’esquisser. J’aime la passion humble que vous distillez tout en retenue et en légèreté et qui aide le lecteur à s’insérer de façon légitime dans cet univers, car vous n’avez rien cadenassé et que régulièrement vous vous effacez au profit de votre récit à l’attraction centrifuge.
    Au cours de la lecture que j’en ai faite, l’empathie avec les personnages l’a emporté sur la réflexion philosophique et c’est ce qui m’a le plus emballé, car je préfère les récits aériens qui arrivent à me faire perdre pied à ceux qui me ramènent à une interprétation trop guidée de notre environnement. C’était à mon sens une douce sensation d’apesanteur que cette odyssée suspendue dans le temps. Je vous remercie pour cette jolie parenthèse qui a accompagné par tranches de 5 mn mes trajets en bus pour me rendre au travail ; du coup, mon quotidien avait comme un petit quelque chose d’exceptionnel pendant ces laps de temps.
    Bonne continuation !
    Serge

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Remonter en tête